Aller au contenu principal

Quand des locataires décident de ''savonner'' leur propriétaire

Quand des locataires décident de ''savonner'' leur propriétaire

Les histoires d'horreur sont courantes chez des propriétaires de logements au Québec. La preuve cette expérience d'un propriétaire qui a été trop généreux, qui a trop fait confiance, qui n'a pas vérifié suffisamment ses candidats locataires, mais il n'en demeure pas moins que les lois sont trop en faveur des locataires, que les délais de la Régie du logement sont encore très inacceptables, et que le maintien dans les lieux prévu dans la Loi peut causer des torts irréparables à des propriétaires de bonne foi.

C'est le cas d'un propriétaire de quatre logements de Montréal, M. Alain Beauchamp, qui est maintenant membre de l'APQ et qui retire bien des leçons de sa dernière expérience avec un couple de locataires.

Alain Beauchamp a acheté un immeuble voisin du sien qu'il occupe présentement, un 4 logements, de grands logements. Des locataires d'en face qui trouvaient attrayant l'immeuble convoité, souhaitaient signer un bail avec M. Beauchamp, pour ce beau grand 6-1/2 pièces qui était vacant. Une location de 900 $ par mois.

À la mi-mai 2005, après la signature du bail, le couple avec enfants débute leur aménagement dans le logement dont la prise de possession officielle doit se faire le 1er juin 2005. Le propriétaire y va de ses générosités aux locataires qui ont plusieurs demandes: changement des tapis, 350 $ de peintures, il accepte aussi que les locataires puissent y aménager une piscine extérieure à condition de garder le terrain en bon état.

Le loyer est payé d'une façon normale même si certains retards ont été constatés. Les problèmes ont débuté avec une fournaise au mazout (les locataires sont chauffés au mazout et doivent payer les factures). Un premier problème survient lorsque les locataires attendent un réservoir vide avant d'appeler le fournisseur d'huile. Des frais supplémentaires sont chargés et expédiés au propriétaire, soit   85$ pour un nettoyage de résidus dans les tuyaux, à la suite du manque de mazout.

On a tenté de faire payer la facture aux locataires, mais ce geste a provoqué immédiatement les mauvaises relations. Mme Beauchamp se fait tout simplement foutre à la porte lorsqu'elle les aborde pour le paiement. M Beauchamp décide un peu plus tard, avant le 31 décembre 2005, de demander une reprise de logement pour sa fille, comme le lui permet la Loi. En audience à la Régie du logement, le régisseur demande au propriétaire de prévoir une compensation de 2 000 $ pour le déménagement des locataires, et ceux-ci doivent quitter le logement le 30 juin 2006. Le régisseur exige aussi que les locataires puissent cesser de payer le loyer pour une période correspondante à la compensation monétaire. Les locataires décident de quitter les lieux le 23 mai 2006. En même temps, leur mère qui occupait le sous-sol loué aussi par le propriétaire, a déguerpi sans payer son loyer.

Et maintenant! La journée fatidique de la reprise des lieux pour le propriétaire. Tout a été arraché et volé, les fixtures, rideaux. Bris de tuyaux de lavabo, bain endommagé, dessins à l'huile sur les murs, tapis complètement laissés insalubres, planchers abimés fortement, excréments, terrain endommagé, etc.

''On ne peut décrire la senteur ressentie en entrant dans l'appartement,'' précise le couple de propriétaires. Des photos ont été prises, et le dossier a été préparé pour la Régie du logement et la demande d'audition a été faite le 14 novembre dernier. Des frais de 3 904.76 $ avec factures seront soumis à la Régie du logement. Maintenant, il ne reste qu'à attendre la date de l'audition qui, on l'espère, va être fixée en 2007...

Monsieur Beauchamp et son épouse promettent qu'ils vont être beaucoup plus prudents dans la location de leurs logements, mais espère une oreille attentive de la ministre Normandeau qui devrait voir à resserrer les lois davantage pour éviter de tels abus de la part de locataires, surtout en agissant plus rapidement lorsque ces cas sont soumis à la Régie du logement.

Berthold Lévesque

Adhérez dès maintenant

Pas encore membre de l'APQ ?

Profitez de tous nos services en vous inscrivant dès maintenant

Ce site utilise des cookies afin de pouvoir vous fournir la meilleure expérience utilisateur possible. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.