Gel de loyers en 2021? La discussion reste la meilleure option

Gel de loyers en 2021? La discussion reste la meilleure option

Montréal, le 9 octobre 2020 --- À trois mois des annonces des taux d'augmentation de loyer 2021, l'Association des Propriétaires du Québec (APQ) réitère qu'un gel des loyers n'est pas à privilégier mais plutôt la discussion et l'analyse personnelle de chaque immeuble.

À l'instar de quelques provinces canadiennes, les associations de locataires demandent un gel des loyers pour 2021.

"Certains propriétaires nous ont indiqué qu'ils seront à l'écoute des locataires et de leur situation. Dans la décision de hausser les loyers ou non, il faut tenir compte des dépenses requises pour l'immeuble et son maintien en bon état ainsi que les travaux, les taxes, les assurances. Mais quand un propriétaire a investi des milliers de dollars en rénovation ou a vu son assurance habitation bondir, comment leur imposer de ne pas augmenter leurs loyers? La situation de chacun, tant pour un propriétaire qu'un locataire, est différente." selon Martin Messier, président de l'APQ.

De plus, avec la méthode actuelle de fixation de loyers, le propriétaire ne peut pas décider de reporter la hausse de loyer.

"Actuellement, si le propriétaire ne hausse pas son loyer en 2021, c'est perdu pour toujours car la législation ne permet pas d'entente pour reporter d'un an" d'ajouter l'APQ.

Il faut tout de même noter que les loyers au Québec sont parmi les plus bas au Canada et que le taux de chômage est descendu à 7.3%.
Également, on apprend que le revenu disponible des ménages a bondi de 10,8 % d’un trimestre à l’autre ou de 50,9 % en variation annualisée (ça veut dire que si la croissance du 2e trimestre était la même sur les quatre trimestres de l’année, on atteindrait une hausse de plus de 50 %).

Tous les locataires n'ont pas été touchés financièrement par les pertes d'emploi et à l'inverse, de petits propriétaires ont eux aussi subi des pertes financières.

On recommande aux propriétaires d'évaluer la situation au cas par cas et surtout d'être à l'écoute; la discussion demeure la meilleure option.

"Faites vos calculs, prenez le temps de voir votre situation et celle de vos locataires. Les bonnes relations et les communications restent une des priorités des propriétaires et bien souvent la meilleure solution!" de conclure l'APQ.

09 octobre 2020
Copyright APQ