Perspectives du marché de l'habitation : Selon l'APQ, ce rapport démontre les changements qui doivent être apportés au marché locatif

Montréal, le 26 juin 2020 --- L'Association des Propriétaires du Québec (APQ) considère, à la lecture du rapport, que plusieurs logements pourraient aussi répondre à la demande des locataires mais nécessitent des travaux importants bloqués par la méthode de fixation des loyers

Le rapport note que, même si un fort recul des mises en chantier est attendu au milieu de 2020, ce sera suivi d’un rebond de la construction d’ici la fin de l’année.

"Les mises en chantier d’appartements locatifs, véritable moteur de la construction ces dernières années, devraient continuer d’alimenter l’activité sur l’horizon prévisionnel. Ce segment de marché sera avantagé par le ralentissement de l’accession à la propriété causé par une demande moins favorable de la part des acheteurs d’une première habitation. En d’autres mots, un ralentissement des ventes de copropriétés neuves et, dans une moindre mesure, de logements en propriété absolue (maisons unifamiliales) viendra tempérer la construction résidentielle dans ces segments de marché."

Par les pertes d'emploi et l'insécurité financière dues à la pandémie, la location continuera d'être mise en avant dans la construction résidentielle.
Ces ajouts de logements locatifs permettront aussi d'offrir plus de logements et de réduire les impacts possibles d'une crise du logement.

"Il y a quelques années, la construction de copropriétés était en pleine expansion, mais on remarque que depuis quelques années les constructeurs se tournent vers le locatif. Avec la baisse constante des taux d'inoccupation partout dans la province, la mise en marché de nouvelles habitations pourra venir réduire la pression sur le marché locatif." selon Martin Messier, président de l'APQ.

Mais la construction d'unités ne règle pas le problème des logements existants qui nécessitent des travaux importants afin de répondre aux besoins des locataires. En effet, à l'approche du 1e juillet, l'Association des Propriétaires du Québec (APQ) se doit de parler des logements saccagés et des travaux exécutés à perte par les propriétaires de logements.

Il faut encourager les propriétaires à rénover en mettant à jour la méthode de fixation de loyer qui est devenue, sous le poids du temps, un irritant majeur pour les propriétaires d'immeubles. Quand cela prend plus de 30 ans pour récupérer son investissement, on peut dire que les propriétaires de logements rénovent à perte. Dans de telles circonstances, le parc immobilier locatif ne peut que se dégrader.

Le parc locatif a besoin d'entretien et ce, de façon accélérée, voici quelques mesures urgentes qui doivent être étudiées :

  • Dépôt de garantie
  • Retour sur investissement sur 10 à 12 ans
  • Remettre les loyers au prix du marché à la fin du bail


"Suite à la pandémie, une bonne façon de relancer l'économie est la réalisation de travaux de rénovation importants." de conclure l'APQ.

En résumé, les propriétaires doivent être assistés par une révision de la méthode de fixation de loyer en vigueur. Des aides pourraient aussi venir sous forme de subventions pour permettre la réalisation de travaux de rénovation et pour répondre à l'offre et stimuler les investissements.

26 juin 2020
Copyright APQ