Enquêtes de pré-location - Évaluations 360° en temps réel

Augmentations de loyer 2016

Tout sous un même toit

Éviction rapide

Conférences et 6 @ 8

 

Nouvelles

26 juillet 2016
Selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), la tendance des mises en chantier d’habitations dans les centres urbains du Québec se chiffrait à 32 051 en juin, comparativement à 32 658 en mai. Cette tendance correspond à la moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé (DDA) de mises en chantier d’habitations.
25 juillet 2016
La Banque du Canada a annoncé qu’elle maintient le taux cible du financement à un jour à 1/2 %. Le taux officiel d’escompte demeure à 3/4 %, et le taux de rémunération des dépôts, à 1/4 %. L’inflation au Canada est en bonne voie pour retourner à 2 % en 2017 à mesure que se poursuivra le processus d’ajustement complexe en cours au sein de l’économie canadienne. Les facteurs fondamentaux en place favoriseront un redressement de la croissance au cours de la période de projection, quoique dans un climat d’incertitude accrue.
21 juillet 2016
Le Bureau d'assurance du Canada (BAC) désire informer les citoyens des régions touchées par les vents violents, que la majorité des contrats d'assurance habitation et automobile couvrent les dommages matériels occasionnés par ce type de catastrophe naturelle. Toutefois, en raison de la diversité des choix qui s'offrent aux assurés quant aux protections disponibles en matière d'assurance habitation, il est fortement conseillé aux sinistrés de communiquer avec leur assureur ou leur courtier afin de valider l'étendue de leur contrat d'assurance et ce, dans les plus brefs délais.
20 juillet 2016
Le marché résidentiel canadien a baissé de 0,9 % de mai à juin. Les ventes réelles (non corrigées des variations saisonnières) se chiffrent à 5,2 % de plus qu’en juin 2015. Le nombre de maisons nouvellement inscrites a augmenté de 2,2 % de mai à juin. L’Indice des prix des propriétés MLS® (IPP MLS®) a augmenté de 13,6 % d’une année à l’autre en juin. En juin, le prix moyen des maisons a haussé de 11,2 % à l’échelle nationale d’une année à l’autre; si on exclut le Grand Toronto et le Grand Vancouver, il a progressé de 8,4 % en un an.

En vedette

18 juillet 2016
Dans sa poursuite, le copropriétaire cherche à obtenir une condamnation de 11 036,60 $ contre son syndicat des copropriétaires. Cette réclamation est composée des montants suivants: 4 038,60 $ en guise de «remboursement» du prix d’achat de la partie commune de la copropriété; 5 000 $ pour troubles et inconvénients dont frais bancaires, frais d’avocats, perte de temps, etc.; 1 038 $ pour des procédures en radiation d’hypothèques légales qu’il estime avoir été faites sans droit; 960 $ de frais de copropriété qu’il a dû débourser.
15 juillet 2016
La Régie du logement est un tribunal administratif ayant une compétence attributive sur toute demande relative à un bail de logement. Le tribunal a une compétence alternative se limitant aux relations locataire-locateur. La loi constitutive a crée un tribunal d’accès pour la population. La procédure devant le Tribunal a été simplifiée afin d’assurer un accès plus facile pour les usagers. La très grande majorité des causes entendues à la Régie sont auditionnées sans la présence d’avocat. Les gens se présentent seuls devant le juge. Ils ne possèdent pas une connaissance approfondie des lois et des coutumes judiciaires. La plupart d’entre eux ignorent les règles de procédure et ne savent pas comment administrer une preuve devant une Cour de justice.
08 juillet 2016
Tel que déjà mentionné, rappelons le droit du propriétaire d'interdire les animaux dans son logement. Bien que certaines règles visant les abandons et la maltraitance des animaux soient entrées en vigueur, il n'en reste pas moins que ce droit du propriétaire de gérer l'acceptation ou le refus des animaux dans son immeuble demeure. La mention devra être clairement inscrite dans le bail. Dans une décision récente (1), on demandait la résiliation du bail, entre autres, parce que la locataire ne respectait pas son bail en possédant un chien. En effet, la décision fait mention que le bail prévoit le droit à un chat seulement, mais qu'il y avait trois chats et un chien. En plus, le chien causait des inconvénients : jappements, excréments sur le terrain et il urine sur le balcon au 2e étage, le liquide se retrouvant sur le balcon au dessous qui est celui de la propriétaire.
Notez et commentez 1 votes