Aller au contenu principal

La Banque du Canada laisse inchangé le taux cible du financement à un jour à 1 %

La Banque du Canada laisse inchangé le taux cible du financement à un jour à 1 %

La Banque du Canada a annoncé aujourd’hui qu’elle maintient le taux cible du financement à un jour à 1 %. Le taux officiel d’escompte demeure à 1 1/4 %, et le taux de rémunération des dépôts, à 3/4 %.

L’inflation a enregistré une hausse supérieure à ce qui était attendu. L’augmentation de l’inflation au cours de la dernière année tient en grande partie aux effets temporaires du niveau plus bas du dollar canadien et à certains facteurs sectoriels, notamment les prix des télécommunications et de la viande. L’inflation sous-jacente s’est inscrite en légère hausse mais demeure en deçà de 2 %.

L’économie américaine s’est nettement raffermie, en particulier les investissements des entreprises, ce qui a été bénéfique pour les exportations canadiennes. Par contre, la croissance demeure décevante dans le reste du monde, ce qui a amené les autorités de certaines régions à mettre en œuvre des mesures de relance supplémentaires. Les prix du pétrole ont poursuivi leur baisse sous l’effet de facteurs à l’œuvre du côté de l’offre et de la demande. Dans ce contexte, les conditions financières mondiales se sont assouplies davantage.

Au Canada, l’économie montre des signes de généralisation de la reprise. Le raffermissement des exportations commence à se traduire par des investissements des entreprises et des chiffres de l’emploi plus élevés. Cela donne à penser que le processus espéré de reconstruction qui mènera à une croissance équilibrée et autosuffisante est peut-être finalement amorcé. Toutefois, le profil plus bas des prix du pétrole et de certains autres produits de base pèsera sur l’économie canadienne.

L’effet net de cette évolution récente, conjugué aux révisions à la hausse des données historiques, est que l’écart de production semble être plus petit que projeté par la Banque en octobre. Toutefois, le marché du travail continue de faire état d’une marge de capacités inutilisées notable au sein de l’économie.

Même si le point de départ de l’inflation est plus élevé qu’on l’envisageait dans le Rapport sur la politique monétaire (RPM) d’octobre, le recul des cours du pétrole présente un important risque à la baisse pour le profil de l’inflation. Ce risque est atténué par l’économie américaine plus forte, la dépréciation du dollar canadien et les mesures budgétaires prises récemment par le gouvernement fédéral. Parallèlement, les déséquilibres dans le secteur des ménages font peser un risque important sur la stabilité financière. Dans l’ensemble, la résultante des risques demeure dans la zone pour laquelle la politique monétaire actuelle est appropriée et par conséquent le taux cible du financement à un jour reste à 1 %.

Service des communications

Adhérez dès maintenant

Pas encore membre de l'APQ ?

Profitez de tous nos services en vous inscrivant dès maintenant

Ce site utilise des cookies afin de pouvoir vous fournir la meilleure expérience utilisateur possible. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.